Dans la région d'AL SHARQIYA, la route n'est pas complètement finie, le problème est résolu, à moins de vouloir à tout prix passer en voiture de tourisme et la rendre au loueur en piteux état, un 4X4 est toujours indispensable en Mars 2006.

Les éléments dont il faut tenir compte : les tempêtes de sable, l’heure du coucher du soleil (17h 18h en hiver), des pluies torrentielles dans les wadis, et de la chaleur certains camps sont fermés à certaines périodes. Il faut compter deux heures pour rejoindre Tiwi.

map_to_sour_12

map_to_sour1

Quriyat et Daghmar : pour le moment je n’ai pas trouvé de grands renseignements, si ce n’est que la route est belle et goudronnée.
Hormis le Fort de Qryiat fermé, il faudrait voir les bateaux de pêche,  il semble que la plage de sable et de dunes de Daghmar soit un spot pour les oiseaux et donc du birdwatching.

Hail Al Ghaf  village pittoresque pour son avenue de manguiers centenaires à voir au début du printemps.

Qualhat cité détruite par un tremblement de terre au 16eme siècle par les portuguais et  surtout ce que l’on croit être le mausolée de Bibi Maryam, reine de Sabah.

Qalhat est aussi un port gazoduc. LNG

lpgqalhat2

bibi_maryam_qalhat

Près Fins, superbe plage de sable blanc appelée White Sands, et à une dizaine de kilomètres avant Wadi Shab, il y a un cénote

Bimmah Sinkhole  profond d’une trentaine de mètres,  où l’on peut voir des éponges endémiques et se baigner si on est seuls, il faut chercher (10km avant Wadi Shab)

Wadi Tiwi et le village de Mibam Le wadi se remonte en 4X4, jusqu'au village de Mibam, ce wadi est connu des touristes mais les paysages de gorge, de cultures de palmes, mangues et limetiers, les piscines naturelles, et la centaine d'âmes du village font bien rêver.

Wadi Shab, village et plage est une palmeraie avec des piscines naturelles et système d’irrigation omanais Falaj, se fait en barque et à pied, 45 mn de marche. Les images sont parlantes et enchanteresses.

http://aquerne.tripod.com/html/shab.html

Ces wadis peuvent se trouver inaccessibles en hiver, du fait des pluies torrentielles. Information à vérifier, à la différence des autres wadis, ils sont toujours en eau, ce qui peut avoir son importance suivant sa date de visite.

Wadi Dham

L'origine du falaj remonte à la première occupation perse, il y a 2000 ans.
Ces systèmes ingénieux d'irrigation par canaux sont aussi très complexes : ils consistent à tirer de l'eau des couches aquifères au pied des montagnes, grâce à un réseau de galeries souterraines reliées par des puits verticaux creusés à intervalles réguliers (source : Office du tourisme du Sultanat d’Oman)


A télécharger la liste des hotels de la région. (format word)

Sur_Qryiat_Ras_Al_Hadd_Oman_Hotels